1 - 10 résultat(s) sur 12 pour recette zaatar en 0.04 secondes - ajoutez votre site-blog

Recettes >>

1 - Pois chiches grillés au zaatar

Cet article FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou ...

http://www.lecridelacourgette.com/

Pois chiches grillés au <em>zaatar</em>

2 - FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou galette libanaise au thym

Cet article FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou ...

http://andsowecook.com/

FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au <em>zaatar</em> ou galette libanaise au thym

3 - FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou galette libanaise au thym

Cet article FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou ...

http://andsowecook.com/

FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au <em>zaatar</em> ou galette libanaise au thym

4 - FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou galette libanaise au thym

Cet article FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou ...

http://andsowecook.com/

FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au <em>zaatar</em> ou galette libanaise au thym

5 - FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au zaatar ou galette libanaise au thym

HOUMOUS AU CHOU-FLEUR AUX NOISETTES ET AU ZAATAR_ ... 3càs de tahini - 1 gousse d’ail -1càc de zaatar – 4càs de ... zaatar, salez un peu et poivrez généreusement et mixez jusqu'à ... parsemant un peu de zaatar. _ ... _PAINS PITA AU ZAATAR_ ... déshydratée – ½ càs de miel – du zaatar_ ... zaatar et continuez à étaler bien finement, vous allez voir la pâte ...

http://andsowecook.com/

FOODISTA CHALLENGE 17 – Man’ouché au <em>zaatar</em> ou galette libanaise au thym

6 - Je crois que décidément j'ai le houmous qui me travaille ! Houmous au chou-fleur et aux noisettes et au zaatar et les pains pita qui vont avec !

butternut fondants assaisonnés de Zaatar, des morceaux de fromage ... * 1 cuillère à soupe de mélange Zaatar (a_jout perso)_ ... cuillère à soupe de mélange Zaatar. ...

http://doriannn.blogspot.com/

7 - Quiche courge butternut rôtie, bleu d'Auvergne & pâte de coings (recette de Yotam Ottolenghi)

d’amour… tout comme le zaatar que j’ai déjà évoqué ici ... Si vous le saupoudrez de zaatar, si vous l’accompagnez de hommous et ... merveilleuse, et pour son zaatar jordanien pour qui je commettrai ...

http://aromeframboises.blogspot.com/

8 - Labneh maison... ou la crème de la crème du Liban

d’amour… tout comme le zaatar que j’ai déjà évoqué ici ... Si vous le saupoudrez de zaatar, si vous l’accompagnez de hommous et ... merveilleuse, et pour son zaatar jordanien pour qui je commettrai ...

http://mistralzazou.blogspot.com/

9 - Labneh maison... ou la crème de la crème du Liban

d’amour… tout comme le zaatar que j’ai déjà évoqué ici ... Si vous le saupoudrez de zaatar, si vous l’accompagnez de hommous et ... merveilleuse, et pour son zaatar jordanien pour qui je commettrai ...

http://mistralzazou.blogspot.com/

10 - Labneh maison... ou la crème de la crème du Liban

A l’heure où tout le monde se prépare à trousser poulardes et à farcir chapons, à concocter des verrines de la mer ou des bouchées de l’entre deux terres, où les produits nobles tiennent le haut du pavé, je me rends bien compte que je suis un peu… décalée. Aujourd’hui une recette toute simple, une vraie « tu parles d’une recette » comme on les aime ici, et pas seulement parce que ce sont les seules que j’aie le temps de préparer en ce moment… Le labneh et moi c’est depuis longtemps une grande histoire d’amour… tout comme le zaatar que j’ai déjà évoqué ici ou ici , il fait partie intégrante de mes coups de cœur culinaires rattachés au Liban… Qu’est ce j’aime en lui ? Tout. Son onctuosité extrême, sa fraicheur, son acidité pourtant tout en rondeurs, son petit goût salé qui me titille délicatement les papilles au point de vouloir tout manger, la façon dont il habille les autres plats qui composent les mezzé, sa manière unique de se marier parfaitement avec l’huile d’olive, le cumin et le pain libanais dont on engloutirait des kilos sans avoir l’air d’y toucher, bref je pourrais continuer longtemps que je n’en ferais pas le tour de cet amour… D’ailleurs l’intensité de cette passion gustative ne peut pas entièrement s’expliquer : comme toutes les passions, je crois qu’à un moment elle se nourrit d’elle-même… sans aucun lien avec la réalité du produit… Après tout, ce n’est que du yaourt égoutté. Du fromage blanc frais en somme. Et pourtant, pourtant… Alors quand on m’a glissé à l’oreille que je pourrais en faire si simplement à la maison, un univers entier de possibles m’est apparu. Il suffisait d’y penser. Et maintenant je ne pense plus qu’à ça. Et ne mange plus que ça. Mais il parait que quand on aime, (on) ça ne compte pas. INGRÉDIENTS _(pour environ 400 g de produit fini)_ -      1 L de lait entier -      QS de ferments lactiques (ou un yaourt nature bien sur, je n’en avais plus, et l’amour n’attend pas le nombre des années ou l’ouverture du supermarché) -      Du sel selon votre goût -      Une passoire étamine (c’est-à-dire pleine de touts petits trous) -      Un torchon propre -      Une yaourtière -      Un peu de patience Mélangez le lait entier avec les ferments ou le yaourt au fouet, puis versez le mélange dans un grand récipient adapté à votre yaourtière. Laissez prendre pendant au moins 10 heures, puis une fois le temps écoulé et que vous vous retrouvez avec un kilo de yaourt, mettez le au frais pendant 3 ou 4 heures. Passé ce temps là, salez le yaourt selon votre goût en sachant cependant que plus la quantité de sel est importante, plus le yaourt va dégorger et donc se faire de plus en plus onctueux au fur et à mesure de l’égouttage… Mettez votre passoire ou chinois dans un saladier assez grand, posée sur une coupelle renversée, puis tapissez la de votre torchon en coton propre (les mailles du tissu ne doivent pas être trop serrées sous peine de retenir en excès le petit lait). Versez le yaourt dans le torchon et torsadez le torchon en serrant fermement pour former une boule (plus vous serrez fort, plus vite ça s’égouttera…). Installez le tout au frais pour 12 h au moins. Passé ce temps là, sortez la bête : votre yaourt tout bête s’est donc transformé en fromage d’une onctuosité diabolique… Si vous le saupoudrez de zaatar, si vous l’accompagnez de hommous et d’huile d’olive vous n’êtes plus dans votre cuisine… vous êtes sous les cèdres du Liban. On n’a jamais voyagé à si peu de frais. Un grand merci donc à Y. pour m’avoir soufflé cette idée merveilleuse, et pour son zaatar jordanien pour qui je commettrai probablement des crimes… Je vous laisse j’ai le pot à finir, et une autre brassée à commencer… La dinde je vous la laisse bien volontiers…

http://mistralzazou.blogspot.com/